Tsante

La santé pour tous !

Comment nous pouvons tomber amoureux/ses de ceux qu’il ne faut pas. Dans notre recherche des comportements sur les relations homme/femme, cela fait quelques temps déjà que nous voulions parler du “Fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis“. Un proverbe qui se confirme chaque jour, il serait une des phrases à retenir pour ceux qui souhaitent rendre un homme/femme amoureux ou au moins faire qu’il/elle s’attache à vous.

  Pour résumer on veut ce qu’on n’a pas, et ce qui est déjà acquis on n’en veut pas. Vous avez déjà remarqué que dans les histoires amoureuses, on est souvent attiré par celui que l’on ne peut pas avoir alors que le “mec bien” à côté de nous qui nous a maintes fois déclaré sa flamme ne nous intéresse pas.

Ce qui expliquerait à quel point le connard/la connasse sévit, et comme certains l’ont déjà dit sur le site, sur le forum et dans les commentaires des articles, c’est ainsi que nous pousserions certains hommes à se comporter en connard.

En effet, les amoureux potentiels, ceux dont le simple fait de les croiser nous embellit la journée, que l’on serait prêt à suivre, eux ne semblent pas nous voir… (Mais ce ne sont pas pour autant des connards). Et là il faut l’assumer le petit râteau insignifiant : Quand il a oublié votre prénom, Qu’il n’a pas mémorisé votre n° de téléphone alors que vous aviez savamment orchestré une fois précédente à lui passer un appel, Quand il vous salue d’un simple geste pressé…

Alors que de l’autre côté, les mecs bien amoureux de nous, nous leur faisons subir la même chose que nous, nous détestons subir.

Avouons-le cette estime auprès d’une catégorie d’hommes dont on n’a que faire ne vient pas flatter notre égo meurtri par l’absence d’attention des amoureux potentiels… Mais on vous l’accorde, pas facile de commencer des nouvelles histoires amoureuses, de nouveaux jeux de séduction quand il faut calculer tous nos faits et gestes. Pour comprendre le principe du “Fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis” lire ce petit roman du même nom qui se lit vite : voir le livre.

Rassurons-nous il existe encore des rencontres simples dans lesquelles on peut se laisser aller sans se poser (trop) de question. Si vous avez l’impression de vivre toujours des histoires foireuses où l’autre n’est pas à la hauteur, nous vous recommandons de lire le livre Les Femmes Mal Aimées recommandé par notre psychanalyste.

Source : www.lesbridgets.com